Dernière mise à jour: 22.11.19

 

Pas facile de faire le tri entre la durée de l’épilation, avec ou sans douleur, l’efficacité et le rapport qualité-prix… . Cependant, vous avez Internet pour vous aider à faire un bon choix. Après avoir lu ces quelques lignes, vous arriverez enfin à vous décider sur quelle méthode d’épilation adopter.

 

Se tenir aux bonnes vieilles techniques 

Si c’est pour s’épiler les sourcils ou le maillot, la pince à épiler semble toute désignée. Elle offre une précision extrême dans les lignes à tracer et les dessins à réaliser. Cela dit, la douleur est insoutenable et le poil a tendance à être plus dur et épais en repoussant après son passage ainsi que celui du rasoir. Vous les verrez au bout de quelques jours à peine. L’autre inconvénient aussi, c’est qu’avec la pince, on met beaucoup trop de temps à finir une jambe par exemple. Pour ces parties du corps, c’est mieux avec un rasoir doté de gel.

Quant à la cire, c’est vrai qu’elle fait affreusement mal, mais le résultat est là. Bien sûr on a le choix entre la cire froide et celle chaude qui est beaucoup plus active lorsqu’il s’agit d’enlever des plaques de poils sur les jambes, les bras ou le dos. Avec cette technique, vous resterez net jusqu’à un mois, ce qui est tout de même plutôt avantageux en matière de durée. Néanmoins, elle demande de s’équiper en conséquence (chauffe-cire, casserole, micro-ondes, spatule et bandelettes).

Quant à l’épilateur électrique, il s’avère plus efficace, car il retire jusqu’aux duvets et en un temps record. En même temps, vous bénéficiez d’un bon massage pour favoriser la circulation sanguine où l’appareil n’aura besoin de passer qu’une fois.

 

 

Le laser : un moyen plus évolué

L’épilation au laser, bien que super efficace du point de vue de la durée, requiert de se rendre chez l’esthéticienne. En effet, elle détruit les poils à la racine, ce qui les empêche de repousser ou alors ils mettent très longtemps pour réapparaître.

Effectivement, la loi stipule que ce genre de pratique ne peut avoir lieu qu’en présence d’un spécialiste. Cette technique permet de parfaire l’épilation sur des zones délicates comme le maillot ou les aisselles. Ainsi vous pouvez dire adieu à tous les inconvénients liés au fait de vous en occuper vous-même. Aussi, quelques précautions d’usage doivent être connues de tous avant de se lancer dans une telle aventure, comme ne jamais diriger le laser sur un grain de beauté. Pour une meilleure efficacité, pensez également à vous raser avant la séance.

Entre les mains de débutants, le laser peut entraîner différentes complications au niveau de la peau telle que des réactions inflammatoires, voire des maladies de la peau. Malheureusement, cette méthode est uniquement réservée aux peaux claires. Là encore, il faut que le poil soit très foncé et la peau quasi blanche comme neige, car avec des poils roux ou marron clair, vous risquez d’obtenir des résultats moins palpables. 

De même, un diagnostic exhaustif doit être mené avant de l’utiliser, afin d’être sûr que l’état de santé du patient l’y autorise. Quant à la douleur, on la ressentirait s’il n’y avait pas la crème anesthésiante.

 

L’épilateur qui utilise la lumière pulsée : un parcours semé d’embûches

Malgré les réglementations en vigueur, de nombreux salons d’esthétique osent maintenant se lancer dans l’épilation à la lumière pulsée : opération qui était jusque-là réservée aux médecins, aux dermatologues. Et quand la loi sera adoptée (ce qui est pour bientôt), tout le monde sera maintenant libre de faire comme ça lui chante.

Heureusement, l’épilateur lumière pulsée introduit sur le marché dispose d’une puissance moindre par rapport à ceux utilisés dans les centres et les cabinets de spécialistes, afin  de ne pas léser la peau justement. C’est pourquoi on assiste aujourd’hui à une vague de ces produits qui ont totalement englouti le commerce parmi les crèmes dépilatoires, les rasoirs et autres outils d’épilation.

Pourquoi cet appareil gagne autant de succès, c’est parce qu’il permet de se débarrasser des poils pour un bon moment. Si c’était un vernis, on le qualifierait de permanent. La lumière grille (disons-le comme ça) le bulbe ou la racine du poil qui ne repoussera plus avant 3 mois, voire plus jamais si vous enchainez la pratique. C’est assez tentant de s’y mettre pour celles qui font des va-et-vient incessants au centre de beauté, ou encore qui dépensent des fortunes dans des produits d’épilation divers.

Mais là encore, ce n’est pas tout le monde qui y trouve son compte. En effet, pour repérer le poil, celui-ci doit être bien plus brun que la couleur de la peau. S’ils ont presque la même couleur, c’est couru d’avance. Autant dire que cette technologie ne profitera pas aux blonds ni aux peaux mates.

 

 

Épilation à lumière pulsée : comment ça marche ?

On commence par raser la partie à épiler puis on y étale le même gel que quand on fait une échographie. On enfile ses lunettes, on colle le pistolet (l’instrument muni d’une fenêtre par laquelle la lumière passe) à la peau, et on le met en marche. Vous mettrez 3 quarts d’heure environ pour épiler vos jambes. Si vous voulez le faire pour tout le corps, libérez-vous toute la matinée ou l’après-midi.

Selon le profil de la personne concernée, 5 à 7 séances du même genre aident à se débarrasser définitivement des poils. Mais il faut savoir que ce n’est pas tout le monde qui y a droit. Sont hors liste les futures mères de famille, les personnes à la santé fragile ainsi que les diabétiques. Ceux qui ont une peau mate à foncée ou qui ont des poils clairs viennent s’y ajouter. Une séance chez l’esthéticienne ne coûte pas bonbon. En effet, il va falloir avoir 300 à plus de 1500 euros à chaque visite chez cette spécialiste.