Dernière mise à jour: 21.11.19

 

Le temps des épilations douloureuses à la cire ou à la pince est maintenant révolu. Avec l’apparition de la technologie à la lumière pulsée, les séances dans les instituts de beauté ne seront plus que de lointains souvenirs. Zoom sur cette méthode qui devient une tendance chez les personnes en lutte permanente contre les pilosités désagréables.

 

Comment ça marche ?

Les appareils dotés de ce système embarquent une lampe émettant une lumière intense pulsée ou communément appelée IPL. Selon les créateurs, elle a pour but d’éradiquer les poils sur certaines parties du corps.

Similaire au mode opératoire d’un dispositif à laser, le spectre agit en profondeur et plus précisément au niveau de la racine. De cette manière, il grille le bulbe sous une température d’environ 70 °C et occasionne la désintégration de ce dernier, limitant ainsi les repousses. La mélanine, le pigment responsable des poils, assure le processus d’absorption du flash. Ce procédé contribue significativement à une chute naturelle des pilosités.

Contrairement au laser, cette méthode a pour particularité une zone de couverture plus étendue. Selon les modèles, elle occupe une largeur allant de 400 à 1200 nanomètres, ce qui la rend plus rapide en termes d’exécution de performances. Mais aussi, cette technique figure parmi les plus appréciées des connaisseurs du fait qu’elle est indolore. Lors de la pratique, il est probable que vous ressentiez quelques picotements, mais rien de bien méchant.

 

Ce qu’il faut savoir sur son efficacité

Les résultats optimaux de cette technologie ne sont visibles que sur certains types de peau et sous un contraste marqué du tissu cutané avec la couleur des poils. Celle-ci demeure opérationnelle sur les pigments noirs ou marron. Dans la majorité des cas, elle reste performante sur les phototypes d’indice 1 à 4. D’autres modèles parviennent à fonctionner sur les peaux qualifiées de légèrement bronzées.

Toutefois, le système IPL présente des failles sur les peaux trop foncées ou noires. Il devient également inopérant sur les pilosités blondes, rousses, grises et blanches.

Les professionnels recommandent un rasage, 2 à 3 jours avant l’usage de votre dispositif. De cette manière, les poils qui repoussent prendront un aspect plus sombre et seront donc mieux perçus au captage du spectre en question. Les résultats sont rapidement visibles. En raison de 3 à 5 séances, vous compterez sur l’élimination de 80 à 90 % des poils indésirables.

 

 

Dangers et contre-indications ?

Malgré son efficacité, la technologie à lumière pulsée comporte des désagréments d’utilisation. L’intensité produite par la lampe pourrait causer une sensibilité oculaire. À pleine puissance, elle risque même d’altérer les cellules de la rétine. De ce fait, le port de lunettes de protection est de mise pour préserver la santé de vos yeux.

Des rougeurs et des démangeaisons pourraient également affecter les peaux fragiles. Les personnes présentant des symptômes de diabète, d’épilepsie et de maladies cardio-vasculaires sont aussi tenues de ne pas utiliser ce type d’appareil. Il en est de même pour les femmes enceintes et les individus sous traitement antibiotique.

 

Les étapes du mode d’emploi

Les démarches d’usage de ces matériels varient d’un dispositif à un autre. Il est donc primordial que vous jetiez un œil sur la notice de l’appareil avant d’entreprendre une action quelconque. Toutefois, ce procédé s’applique à la majorité des cas.

Une séance d’épilation se doit d’être pratiquée dans les conditions d’hygiène satisfaisantes. Pour commencer, assurez-vous que la zone à travailler est bien propre et sèche, comme si vous sortiez de la douche ou du bain. Si vous possédez un bon épilateur à lumière pulsée filaire, positionnez-vous à proximité d’une source électrique pour éviter les encombrements. Pour un modèle rechargeable, faites en sorte qu’il dispose de l’énergie nécessaire pour finir votre activité sans anicroche, c’est-à-dire une trentaine de minutes à une heure environ.

Procédez ensuite à la sélection de l’intensité du faisceau en fonction de votre type de peau. Pendant l’opération, positionnez le matériel sur la zone à traiter. Si vous souhaitez passer d’un endroit à un autre, bougez lentement et progressivement. Il est déconseillé de revenir sur un point que vous avez déjà survolé.

Lorsque vous tenez l’appareil, la tête de celui-ci doit être en contact direct avec votre épiderme. À noter que les modèles perfectionnés dotés de capteurs restent inactifs s’ils ne touchent pas votre peau.

Si vous ressentez de légères piqûres, cela veut dire que vous avez choisi une puissance trop élevée et que votre tissu cutané a du mal à absorber. Il vous suffit de descendre d’un cran. Vous pouvez également vous tourner vers les crèmes anesthésiantes si vous redoutez toutes formes de picotements. 

 

 

Quelles sont les zones à privilégier ?

La technologie à lumière pulsée présente une efficacité indéniable sur les aisselles selon les tests des utilisatrices. Les spécialistes la recommandent aussi sur cette zone du corps, car elle y offre parfois des résultats définitifs ou de longue durée. Comptez 5 minutes pour réaliser une séance sous les bras.

Les jambes se trouvent dans la liste des parties de votre morphologie où la peau est la plus résistante face aux effets du faisceau. Pour les hommes soucieux de leur pilosité, sachez que l’appareil est également en mesure d’opérer sur les épaules, le dos ou encore le torse. 

L’épilation du maillot figure aussi dans le lot. Contrairement à la cire ou aux dispositifs électriques, cette technologie reste toutefois indolore. Pour une efficacité à toute épreuve, vous pouvez par exemple compter sur les performances des épilateurs Philips. La plupart possèdent un caractère polyvalent, pouvant agir sur ces différents endroits de l’organisme grâce à la présence de 4 têtes interchangeables, à adapter sur la zone en question. Veillez tout de même à ne pas l’approcher du visage, car la peau y est fragile et délicate.