Dernière mise à jour: 22.11.19

 

L’épilation permanente n’attire pas que les femmes de nos jours. En effet, les hommes s’y intéressent aussi. Mais peu savent s’il faut choisir entre un appareil IPL ou à laser. Sans aucune connaissance, on pourrait les confondre, pourtant beaucoup de critères les diffèrent. Ces quelques lignes vous aideront à les distinguer facilement.

 

Pourquoi opter pour l’IPL ?

Utilisant le concept Intense Pulse Light, ce type de dispositif fait usage de la lumière avec des spectres et des longueurs d’onde variés. Cette technologie vise les tissus se trouvant à proximité du bulbe pileux pour atteindre la mélanine. Grâce à cela, elle aide à éliminer jusqu’à 80 % des poils. Après un traitement complet, seuls des duvets très fins et transparents repoussent. Ils sont alors presque invisibles. Les poils épais mettront beaucoup de temps avant de réapparaître. Bien sûr, n’attendez pas de terminer les 8 séances pour voir le résultat, car au bout de deux seulement, vous remarquerez un changement radical.

À l’inverse de ce que l’on peut penser, un traitement avec ce type de dispositif ne cause qu’un picotement sur la partie travaillée. Par ailleurs, selon le modèle choisi, vous pourrez vous épiler le visage et le corps. Les zones délicates comme le maillot et les aisselles ne vous compliqueront pas le travail. Les spectres utilisés ont une dimension de 2 à 7 cm², ce qui vous permettra de vous en occuper assez vite, même les surfaces les plus grandes comme les jambes ou le dos.

 

 

Le côté obscur de la lumière pulsée

Si l’épilateur lumière pulsée offre de nombreux avantages, il présente aussi quelques défauts à ne pas négliger lors de la sélection. En effet, on peut constater des inconvénients dans l’utilisation de cette technologie. Cet article met un certain temps pour vous combler totalement. Il vous faut environ 3 mois, soit huit séances avant d’obtenir une peau des plus immaculées sans la moindre repousse.

L’IPL démontre une efficacité peu durable sur les zones sensibles. Les aisselles et le maillot requièrent ainsi un traitement plus fréquent qui n’enchante pas tout le monde. Une fois que vous avez touché au but, reprenez le processus après deux ou trois ans.

Cette technologie ne s’utilise pas non plus sur plusieurs individus, dont les femmes enceintes, les diabétiques, les moins de 20 ans ou encore ceux qui sont sous traitement antibiotique. Sachez que cet article ne marche pas sur les peaux foncées, ainsi que les roux et les blonds. Cela vient du fait qu’il n’arrive pas à distinguer les poils de l’épiderme. Il faut donc se servir d’un autre dispositif pour le résultat souhaité.

 

Opter pour le laser                              

Le principe de fonctionnement du laser est un peu plus concentré que l’IPL. Au lieu de toucher la peau, il s’attaque directement aux racines. Il tue le poil au premier contact, car le rayon détériore immédiatement le bulbe.

De ce fait, c’est une épilation dite « définitive » si elle a lieu lors de la phase de repousse. Bien sûr, la réapparition au bout d’un certain temps reste inéluctable, mais le traitement la retarde du mieux qu’il peut. En outre, en usant de ce concept, vous constaterez une perte conséquente de pilosité. Évidemment, la puissance de l’appareil influe sur l’efficacité. Selon le modèle choisi, vous aurez un résultat de 40 % à 85 % en allant du moins performant au plus effectif.

Il est possible actuellement de trouver des articles à laser avec la fonction x60. Cela signifie qu’ils peuvent atteindre 60 poils à la seconde. Vous n’aurez alors aucune difficulté à travailler les parties les plus larges de votre corps. De plus, vous pourrez vous occuper de chaque zone de votre anatomie présentant une forte pilosité, que ce soit le visage, les aisselles, le maillot, les jambes ou encore les bras et le haut du corps.

 

Les incommodités d’une technique au laser 

L’un des inconvénients les plus remarquables concernant l’utilisation de ce produit, c’est le fait de laisser des traces sur certains types de peau. Et même si la douleur ne se ressent pas lors de l’épilation (avec un système antidouleur), vous aurez quand même des irritations après chaque session. Il faut aussi savoir que la tolérance de chaque personne à la souffrance varie. Vous pourrez donc percevoir plus qu’un simple picotement.

Il va de soi qu’il apparaîtra des rougeurs, que vous ayez un teint clair ou sombre. Le processus se déroule en effet à l’intérieur de votre peau, ce qui peut toucher les cellules autour. Des enflures apparaissent aussi chez certaines personnes, pouvant se transformer en petits boutons d’acné. Cela risque de gêner, surtout dans les zones délicates comme le maillot.

Le meilleur moyen pour savoir si vous réagissez mal à un épilateur laser serait ainsi d’effectuer un test sur une partie minime. Si vous ne présentez aucun effet négatif après avoir attendu quelques heures, cela signifie que vous supportez assez bien cette technologie.

 

 

Quelle différence donc ?

Même si ces deux machines aident à réduire progressivement la pilosité, il faut savoir qu’elles ne sont pas identiques dans le mode de fonctionnement. Pour résumer, l’IPL requiert un nombre de traitements élevé par rapport au laser, tout en obtenant le même résultat.

Mais à l’inverse du second, il peut se charger de quelques défauts de la peau grâce aux filtres qui s’attaquent à des chromophores précis pour empêcher les troubles cutanés.

Si on compare les sensations causées par les deux épilateurs, on peut dire que le laser est moins douloureux. En effet, à l’inverse de ce que pensent les gens, l’IPL se fait plus ressentir que son homologue. L’IPL touche une partie de la peau, ce qui n’est pas le cas de l’autre.

Quant à la durée, la lumière intense pulsée demande plus de séances que le Light Amplification by Stimulated Emission of Radiation. Si vous souhaitez un résultat rapide et sans douleur, le laser s’impose. Votre sélection doit donc se baser sur des critères importantes, comme votre seuil de tolérance à la douleur, votre type de peau ou encore le temps que vous disposez pour chaque séance.