Dernière mise à jour: 19.10.19

 

Si la lutte contre les pilosités désagréables figure souvent dans le rituel de beauté de bon nombre de personnes, tous ne sont pas à l’abri de l’apparition de rougeurs et de boutons sur la peau à moins d’adopter une certaine technique. À travers cet article, nous vous délivrons des méthodes à appliquer pour les contourner.

 

Savoir choisir le bon matériel

À part le mode d’épilation au laser et à la lumière pulsée, les autres méthodes comme le rasoir, la cire et l’épilateur électrique génèrent parfois des « effets secondaires » inconfortables comme les boutons et les rougeurs. Ces désagréments sont souvent dus à l’irritation de la peau pendant le passage de l’équipement et à l’arrachement du bulbe. Pendant le processus, il y a intrusion des agents bactériens, ce qui induit une inflammation de votre tissu cutané. Dans certains cas, ils peuvent être causés par une repousse de poil incarné, c’est-à-dire, sous l’épiderme.

Avant de les combattre donc, vous pouvez commencer par prévenir leur apparition. Et pour cela, il importe de maîtriser l’art de l’épilation.

Aujourd’hui, les épilateurs de types électriques occupent une place privilégiée chez les principaux concernés. Les avantages que présente ce type d’appareil sont multiples, d’où sa notoriété grandissante. La praticité et la simplicité d’usage en font partie. En effet, ils remplacent efficacement les séances coûteuses chez l’esthéticienne et vous font bénéficier d’un gain conséquent de temps. Il est alors possible de s’y mettre, bien au chaud à la maison.

Pendant l’achat de votre matériel, vous avez le choix entre les modèles à piles et ceux requérant un branchement sur secteur. Il existe également des spécimens dits « waterproof » qui peuvent s’utiliser sous la douche, constituant une bonne alternative pour les personnes sensibles de présenter des maux cutanés.

Ces exemplaires adoptent cependant le même mode opératoire. Ils possèdent une tête rotative dotée de pincettes qui ont pour mission d’accrocher et d’arracher les pilosités. Toutefois, il est important de bien choisir le modèle en question en fonction de la zone à épiler. Il se peut que certains dispositifs ne conviennent pas à certains endroits de votre corps. Il faudra alors vous informer sérieusement à travers la notice d’emploi de votre appareil.

 

 

Un nettoyage avant la séance

Déjà, avant de plonger dans le vif du sujet, sachez que ce phénomène relève du naturel. C’est une manière pour l’épiderme de montrer combien il a mal vécu l’épilation. On peut attendre plusieurs heures afin que celui-ci se calme et que l’inflammation s’efface, mais si on est pressé, mieux vaut prendre ses précautions avant de s’y lancer.  

Empêcher l’apparition des boutons passe par une bonne préparation de la peau avant la séance d’épilation. Les spécialistes recommandent l’exfoliation de celle-ci ou gommage pour les connaisseurs de rituel de beauté avant d’extraire les poils.

Cette pratique a pour but d’éliminer les éléments tels que les saletés ou encore les résidus de peau morte sur votre épiderme pour faciliter l’arrachage des pilosités désagréables. Pour les personnes ayant une peau sensible, assurez-vous de choisir un gommage doux afin d’éviter au maximum les soucis d’irritation.

Cette opération se passe habituellement à la veille de l’épilation. La majorité recommande de la réaliser régulièrement, soit au moins une fois par semaine. De cette manière, vous préparerez efficacement votre peau contre les risques d’agression et d’infiltration des microbes en lui attribuant un aspect souple et une structure hydratée.

 

La technique d’épilation

Pendant la séance proprement dite, il existe aussi quelques gestes à adopter pour la prévention des boutons. Pour commencer, si vous utilisez un rasoir électrique, faites en sorte que ce dernier ait été complètement nettoyé. Il est toujours plaisant et rassurant pour votre santé d’utiliser un appareil propre et désinfecté pour supprimer tout risque de rougeurs.

Savoir assimiler les techniques d’épilation est également primordial. En effet, si vous procédez à la cire ou via un dispositif à branchement sur secteur, nous vous conseillons de réaliser un mouvement contraire à la pousse des pilosités. Si cette méthode possède son efficacité en termes d’arrachage, elle favorise cependant la formation des boutons post-épilatoires.

Pour y remédier donc, rien ne vaut une bonne hydratation de la zone à épiler avec des produits sans parfum ni alcool. Vous pouvez également utiliser une serviette humide ou encore du  coton imbibé que vous appliquerez légèrement sur l’endroit en question. Cela vous permettra aussi d’atténuer les éventuelles douleurs lors du passage d’un appareil électrique ou l’extraction de vos poils à la cire froide.

D’autre part, les spécialistes préconisent cependant un seul passage sur chaque partie du corps, surtout sur les endroits sensibles comme le visage et le maillot. Le fait de revenir une seconde fois sur la zone peut engendrer des démangeaisons au niveau du tissu cutané et favorise l’apparition des rougeurs comme des boutons.

 

 

Les soins post-épilatoires

Une fois votre séance terminée, des procédés vous aident aussi à limiter la prolifération des bactéries vu que vos pores restent ouverts un petit moment à la fin du processus d’arrachage des poils. De ce fait, favorisez l’emprisonnement des molécules d’eau dans votre peau avec des produits hydratants en prenant bien soin de choisir selon le type. Il se peut que celle-ci ait une tendance grasse, sèche, sensible ou mixte. Les spécialistes conseillent des crèmes et des lotions à base de beurre de karité, d’amande douce ou d’Aloe Vera. Privilégiez les éléments naturels et évitez les cosmétiques contenant du parfum et de l’alcool.

Pour les aisselles, faites en sorte de ne pas vaporiser de déodorants après que vous ayez fini de vous épiler. Ces articles sont susceptibles d’agresser encore plus votre épiderme et y favoriser l’apparition des boutons après quelque temps. Pour le visage, les séances de maquillage sont aussi proscrites.

Le froid est également un bon moyen de prévenir la formation des infections. Vous pouvez par exemple appliquer de la glace sur la zone en question afin de réduire les réactions de brûlures et pour limiter l’infiltration des bactéries.

Dans tous les cas, laissez votre peau respirer sans pour autant l’exposer au soleil. Ne portez pas de vêtements dits « moulants », car ils risquent de retenir les saletés comme la transpiration et ne feront qu’augmenter les menaces de prolifération des microbes.